ParisXVIII, Clignancourt, Marguerite Bureau et Juliette Rubel



Télécharger le fichier  "Marguerite Burureau et Juliette Rubel.pdf"








0 comments

Paris XVIII, Cligancourt, Nadège Guion et Jean-Emmanuel Roux



Télécharger le fichier  "Présentation du 14-1.10.pdf"

0 comments

Paris XVIII, Clignancourt, Nina Rotter




Aujourd’hui, l’homme essaie de progresser, mais la Terre, elle, régresse de jours en jours. On peut même se poser la question de la fin du monde en 2012 ???

Bref, on se demande si on continue en pétrole ou en électricité, gaz ou charbon ? Des questions existentielles pour l’être humain…

Et la Terre ? L’écologie ? Le Climat ?

On protège qui d’abord ? L’homme ou la nature ?

Entre la plus haute tour du monde, les iles artificielles à Dubaï, et les progrès technologiques, on voit en parallèle, le climat fortement perturbé par les industries, les transports, et la déforestation qui réchauffent, polluent et déstabilise la planète. En conséquence, le réchauffement climatique influe sur les inondations des villes, le dessèchement des terres, sur la famine, la pauvreté etc… De plus, l’homme et la nature sont aussi fragilisés par les catastrophes naturelles et les attentats.

L’architecte est celui qui peut amener dans ce monde, constamment déstabilisé, un équilibre entre l’homme et la nature. C’est un médecin de l’homme, et de la ville. Son but ce n’est pas de créer un œuvre d’art, mais seulement, un habitat qui plaît à l’homme et se protège de la nature. Pour cela, il faut que l’architecte doit faire l’effort d’écouter les besoins de la société, et de protéger la nature.


Déambulation à Cligancourt.
Télécharger le fichier  "Nina Pdf.pdf"

0 comments

Beyrouth Banlieue-sud, Dahiya, Edouard Fenet


Télécharger le fichier  "RENDU EDOUARD FENET.pdf"

0 comments

Préambule



Attentats, émeutes, catastrophes naturelles, crises économiques, révolutions…Ces dernières décennies auront étés riches en évènements violents.

Ces situations doivent nous inviter à penser le développement de nos villes en accord avec un monde en constante/perpétuelle transition. Afin de répondre à ces mutations, l’architecte peut être le visionnaire de ces villes à venir, l’un des principaux acteurs de ces évolutions spatiales qui structurent physiquement nos sociétés.

Hélas, il est devenu un prestataire de service, bien souvent à la merci de promoteurs et de pouvoirs publics, eux-mêmes au service des investisseurs à qui la ville appartient désormais.

Il s’agira durant ce semestre de replacer l’Homme au coeur du débat et l’architecte comme le médiateur de ses insatisfactions spatiales afin de poser une vision du futur et de la ville.

Si le romantisme est révolu, un nouveau monde est permis !

0 comments